Insomnie

 

Généralités

   L’insomnie, “état de celui qui ne dort pas” est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, chez les personnes ayant des horaires irréguliers de travail et chez les personnes présentant une pathologie quelconque. Elle concernerait un tiers de la population de façon épisodique et 10 % de la population souffrirait d’insomnie chronique.

Le stress, l’anxiété, la dépression, les troubles gastriques sont des facteurs aggravant et aggravés par l’insomnie. L’adaptation à un nouveau milieu, un travail, la présence de douleurs physiques, une mauvaise hygiène du sommeil, des habitudes d’enfance, des prises d’alcool, de médicaments ou de stupéfiants et l’obésité peuvent aussi influencer la qualité du sommeil.

L’insomnie se manifeste surtout par quatre grands types de symptômes : la difficulté à l’endormissement, la difficulté à rester endormi, le réveil précoce et le sommeil non-récupérateur. Souvent ces symptômes sont entrecroisés. Cependant, une période de sommeil courte mais qui n’induit pas de somnolence ou de fatigue dans la journée peut refléter des besoins en sommeil moins important, comme chez le sujet âgé.

Un trouble du sommeil peut influer sur la concentration dans la journée, amener somnolence et irritabilité mais sur le long terme il peut également être un facteur déclenchant d’hypertension artérielle, de diabète de type deux, d’insuffisance cardiaque, d’agitation ou de troubles émotionnels profonds etc.

Hygiène du sommeil

 

Si l’on souffre de ces troubles, la première chose à faire est d’essayer d’améliorer son hygiène de sommeil. Evitez les cigarettes, les boissons stimulantes le soir, ou trop de liquides qui ferait se lever pendant la nuit. Les repas trop copieux, les écrans (ils dérèglent l’horloge biologique, on leur préférera la lecture) sont également à proscrire dans la période qui précède le soir. La température de la chambre ne peut pas être trop haute, entre 18 et 19 degrés dans l’idéal. Toutes les méthodes de relaxation, de relâchement musculaire, de méditation aide à l’entrée dans le sommeil, elles peuvent être pratiquées quotidiennement et devenir un rituel d‘endormissement.  Des méthodes comme le “body scan”, “la pleine conscience” ou le ”training autogène du docteur Schultz” ramène au corps tout en reposant l’esprit, elles sont tout à fait indiquée. En Qigong, l’attention portée sur le point d’acupuncture 1 Rein (Yongquan), qui se trouve sous les deux coussinets de la plante des pieds, est sensé par la conduction du qi (énergie) emmener le sang le plus loin du cerveau et ainsi aider à entrer dans un état de relaxation profond.

En ce qui concerne l’alimentation, les excitants sont à proscrire. On pensera tout de suite au café, au thé, au chocolat, au coca-cola et à l’alcool à éviter le soir.

Le repas sera idéalement pris assez tôt afin de laisser le temps au système digestif de faire son travail. Rappelons que les chinois dinent à 18 h ! Peut-être pouvons nous revoir nos horaires et ne pas attendre la permission du journal télévisé de 20 heures pour commencer à diner...

Les aliments plus “lourds” comme le fromage, les viandes et charcuteries, les champignons etc..seront plutôt consommés au repas de midi. On peut très bien ne manger que des légumes le soir et en quantité suffisante pour ne pas avoir faim.

 

Point de vue de la médecine chinoise

 

L’être est composé d’énergie yin et d’énergie yang. Le yin représente le calme, le lourd, le solide, la rétractation ; le yang est synonyme d’activité, de léger, d’évanescent, d’expansion. Durant la journée, le yang est à l’extérieur du corps et nous protège des maladies et des agressions extérieures. Le soir, il rentre dans le corps pour nous nourrir et le yin prend sa place à l’extérieur. La vie repose sur un équilibre de ce couple yin/yang.

Dans le cas de l’insomnie, le yang peut-être en excès. Le patient est alors quelqu’un d’assez énergétique, qui parle fort, qui se met très facilement en colère, les yeux souvent rouges, le visage rouge, très réactif aux stimuli extérieurs, peut-être avec des acouphènes, de la haute pression artérielle, les pieds légers et la tête lourde ou l’impression d’avoir des jambes “en coton” etc. Le praticien choisira des points d’acupuncture pour disperser le yang et renforcer l’eau des reins.

Bien plus souvent, le yin est en déficience. Un grand médecin du passé, Zhu Danxi faisait remarquer que tous les jours le soleil est plein mais qu’il manque souvent un quartier à la lune, essayant de faire comprendre que le déséquilibre yin/yang était fréquemment en défaveur du yin. Le yin représente l’eau, le yang le feu. L’eau est sensée pouvoir calmer ou faire descendre la température du feu. Hors, lorsque le yin est insuffisant et que le soir le yang entre dans le corps, il n’y a pas assez d’eau pour faire descendre la température. Le yang qui n’est pas en excès mais juste d’une quantité normale et équilibrée et pourtant ressenti comme une chaleur excessive.

Il s’agit d’un syndrome de manque, il y aura donc facilement transpiration la nuit, les pommettes roses ou rouges et la sensation que cette chaleur ”part des os vers l’extérieur”. Le praticien met ici l’accent sur la nutrition du yin dans le choix de ses points.

 

La difficulté à l’endormissement peut-être la manifestation d’un yang trop actif ; les réveils fréquents la nuit font penser à un yin trop faible ; les réveils trop tôt sont souvent une combinaison des deux.

 

 

Selon la médecine chinoise, le Shen, l’esprit s’enracine dans le sang et dans le yin du coeur. Si ces deux composants sont faibles, alors l’esprit à tendance à “flotter” au lieu d’être ancré dans le corps. Dans la journée, la personne ne peut pas bien se concentrer ou réfléchir aux problèmes ; le soir, elle ne peut dormir correctement. L’agression par des éléments pathogènes, une déficience de sang (règles trop abondantes, accident, transpiration excessive...) ou des facteurs émotionnels peuvent perturber l’équilibre du Shen. Le praticien selon son bilan, choisira le traitement approprié pour le patient. 

 

Il est fréquent de voir en salle de traitement des patients insomniaques, qui une fois les aiguilles plantées et dans le calme d ela pièce s’endorment très vite. Le stimuli léger des aiguilles ramènent l’esprit dans le corps, la dichotomie corps/esprit s’estompe, l’harmonie du shen et du corps provoque l’endormissement. L’acupuncture par sa pratique répétée permet de réancrer le Shen dans le corps, et d’imprimer une nouvelle mémoire de bien-être durable dans le corps. Le patient au fil des séances retrouvent celui qu’il était avant dans ses instants de bonheur, il SE retrouve grâce à l’acupuncture comme médian.

Un joli proverbe chinois dit : “La maladie est une aventure. L’acupuncture vous donne des épées, mais c’est à vous de combattre”. L’acupuncteur sollicite le corps d’une certaine façon et celui-çi réagit, s’auto-harmonise en allant puiser dans ses propres ressources (homéostasie de l’organisme).

 

 

Le praticien devra diagnostiquer l’origine du problème et faire la différence entre les syndromes suivants :

-Excès du feu du coeur ; congestion de l’énergie du foie, accumulation de glaires chauds dans le corps, dyshamonie du qi et de l’estomac, vide de yin, vide du coeur et de la rate, vide du coeur et de la vésicule biliaire.

La base de la médecine chinoise est le “diagnostique différentiel”, c’est à dire que pour une même pathologie “insomnie” il peut y avoir différents types de causes. En aucun, toutes les insomnies ne peuvent être traitées de la même façon.

 

Chez Biomed MTC, TOUS les praticiens possédent un minimum de cinq ans de formations à plein temps en Chine et ont appris à devenir des “tailleurs sur mesure” pour prodiguer les meilleurs soins pour la santé de chaque patient qui est unique dans son fonctionnement. Des conseils d'hygiène de vie sont prodigués, certaines tisanes à boire, des exercices de méditations. Toutes ces choses cumulées peuvent aider le patient à se réguler et à retrouver la joie de nuit paisible et de journée pleine d'énergie.