La névralgie est une appellation assez générale pour caractériser une affection douloureuse crée par un nerf irrité. La douleur (souvent sous forme de “décharge”) apparait de façon spontanée ou continue, elle est fréquemment aigue, suivant le trajet du ou des nerfs incriminés et sans manifestation extérieure à la surface du corps. Les causes peuvent être multiples : la compression d’un nerf, un choc violent comme une chute, une infection virale, un problème neurologique...

Une pathologie fréquente :

 

   La plus connue de ces pathologies est la névralgie cervico-brachiale où la compression ou l’irritation d’un nerf du cou-en général, les cervicales basses comme C5/6/7-se prolonge dans un ou deux bras. Cependant, la douleur peut-être présente au niveau des trapèzes, du haut du dos, du thorax...Une hernie discale, c’est à dire, une saillie anormale du disque peut-être à l’origine du problème, mais citons aussi comme causes l’arthrose, le sport intense, un hématome, une infection, un cancer etc. La douleur se présente sous forme de crise violente mais est présente la nuit aussi, et même au repos. Elle peut s’accompagner de limitations des mouvements du cou, de vertiges, de maux de tête, de bourdonnements dans les oreilles.

Que faire ?

 

   Il est important de consulter car la douleur peut s’installer. En attendant, on soulagera le poids des bras grâce à une écharpe, le port d’une minerve peut aider, l’application de chaud (bouillote, pack chauffant) sous la nuque et couché sur le dos, le repos avec un oreiller ergonomique est  conseillé. Les huiles essentielles de menthe poivrée, de camomille, de lavande ont des propriétés relaxantes et ou antalgique. Dans les cas les plus extrêmes, des anti-inflammatoires, des relaxants musculaires ou des antalgiques sont prescripts.

Les autres névralgies courantes sont : la névralgie faciale atteignant le nerf du trijumeau, elle provoque des douleurs féroces au niveau du visage ; les névralgies dentaires dont les carries enflammant les nerfs sont la première cause ; la névralgie d’Arnold entraine des douleurs dans le cou et le crane ...

Si le thérapeute à des soupçons quant à la présence d’une névralgie, l’examen par l’imagerie médicale, que ce soit par IRM ou scanner viendra confirmer ou infirmer le diagnostique.

 

Que peut faire l’acupuncture contre cette pathologie ?

 

  Le massage et l’acupuncture peuvent détendre les zones crispées par la douleur et ainsi diminuer celle ci. L’acupuncture n’agit pas seulement en surface mais traite aussi le fond du problème. Il n’est pas rare de voir des patients dont les douleurs disparaissent pendant plusieurs années ou même totalement.

Selon les nerfs touchés, l’acupuncteur choisit des points sur les méridiens de l’estomac, de la vésicule biliaire, du grand ou du petit intestin…mais aussi les points locaux « où ça fait mal ».

Selon de nombreuses études, l’acupuncture est souvent choisie comme méthode anti-douleur et comme alternative à la prise de médicament ou au traitement chirurgicale. Une étude parue dans une revue médicale chinoise révèle l’effet antalgique de l’acupuncture dans les cas de névralgie avec un taux de réussite de 98 % sur les deux premières années, puis 75 % sur 2 à 4 ans.

 

  Mais quel est le fonctionnement de l’acupuncture pour arriver à de tels résultats ?

 

Tout d’abord, elle inhibe la réaction inflammatoire. Le système des méridiens permet de traiter les douleurs locales mais aussi référées, chroniques ou récentes. Elle améliore la circulation sanguine et lymphatique. D’un point de vue médecine chinoise, elle favorise la circulation du Qi, l’énergie et ainsi augmente la régénération des tissus. La détente apportée par une séance d’acupuncture permet aux circuits nerveux de réévaluer justement la douleur et non de s’enfermer dans un processus de douleur qui entraine la douleur ou d’autres tensions, insomnie, désordres digestifs, problèmes de menstruations…La pratique de l’acupuncture s’inscrit tout à fait dans un traitement de médecine allopathique, parfois en augmentant même les effets de ces derniers, et sans aucun effet secondaire.

 

Quelle est l’origine des blocages ?

 

La médecine chinoise considère que le corps a été sujet à des attaques de facteurs pathogènes comme le vent, l’humidité, la chaleur, le froid, la sécheresse etc. Ces facteurs pathogènes obstruent le déplacement de l’énergie dans les méridiens. L’absence de fluidité va créer des « nœuds énergétiques » qui se manifestent souvent sous forme de douleurs. L’acupuncteur est comme un chef de gare, qui en posant des aiguilles, refait circuler les trains et assure la bonne cohésion du trafic.

Que dois-je manger pour améliorer les symptômes ?

 

  Le régime alimentaire doit être anti-inflammatoire et de préférence anti-oxydant. Les omégas 3 sont présents dans les légumes verts, les poissons gras, les graines de lin et l’huile de lin, les noix, certaines volailles et produis laitiers.

La consommation de vitamine B12 peut-être intéressante pour nourrir les nerfs, mais aussi le zinc, le magnésium, le silicium, le sélénium...

Quelle autre prévention ?

L’application de chaud (pack, bouillote…) en prévention sur les points douloureux peuvent être utile, mais aussi les auto-massages du cou, des trapèzes, des muscles entre les omoplates grâce à une balle de tennis etc…

Gardez le mouvement avec de la gymnastique douce, la marche, le yoga et le qigong.

Une séance par semaine chez l’acupuncteur vous permettra de prévenir les douleurs tout en traitant le fond. En cas de crise aigüe, deux à trois rendez-vous par semaine permettront d’atténuer les douleurs.