Acupuncture 针灸

Sommaire

Définition
Un peu d’histoire
Que soigne l’acupuncture ?
Comment se passe une séance d’acupuncture ?
Méthodes : est-ce que l’acupuncture fait mal ?
Combien de séances faut-il pour obtenir des résultats ?
À partir de quel âge l’acupuncture est recommandée ?
Est-ce que l’acupuncture est remboursée ?
Est-ce qu’il y a des choses que je dois faire ou ne pas faire pendant le traitement par acupuncture ?
Pourquoi choisir l’acupuncture plutôt qu’une autre thérapie ?
Est-ce que les conditions d’hygiène sont respectées ?
Quelles formations ont suivies les thérapeutes ?
Comment Biomed MTC développe ses traitements grâce à l’acupuncture ?
L’avis des thérapeutes de Biomed MTC

Définition

L’acupuncture est la méthode la plus utilisée (une des méthodes principales de la MTC) dans la médecine traditionnelle chinoise.

Elle consiste en l’implantation (la pose) et la manipulation de fines aiguilles dans des points précis du corps, afin de régulariser l’énergie vitale (氣 Qì) qui circule dans le corps humain.

Plus précisément, l’acupuncture est une méthode ancestrale qui consiste à stimuler des points spécifiques situés à différents endroits du corps, à l’aide de plusieurs techniques, l’utilisation des aiguilles étant la plus connue. On cherche initialement les points sur le corps qui font du bien et soulagent la douleur là où elle est présente. Ensuite, les acupuncteurs cherchent à stimuler ces points pour traiter la douleur.

L’acupuncture travaille des points situés sur les méridiens (經 jīng) et leurs ramifications que l’on appelle « collatéraux » (絡 luò). Quand le Qì circule bien, le corps est en bon état fonctionnel, cela permet d’avoir les idées claires et de bonnes ressources physiques. Au contraire, si la circulation n’est pas fluide, cela peut se ressentir par de la fatigue, un sentiment de pesanteur ou s’exprimer sous la forme d’un mal-être ou d’une maladie.

Un peu d’histoire

L’acupuncture a fait ses preuves thérapeutiques depuis bien longtemps. Personne n’est capable de remonter avec précision la naissance exacte de l’acupuncture. Néanmoins, il est convenu de l’estimer à 6000 ans, c’est-à-dire l’âge de pierre et de l’époque néolithique. Tout commença au 28ème siècle avant J.C., lorsque des chinois découvraient qu’il y avait toujours une sensation douloureuse sur certains points du corps lors de troubles fonctionnels des organes internes. Ils observaient même que ces points étaient très localisés et toujours les mêmes (ou très proches) pour une affection déterminée. Ils remarquaient même que la stimulation de ces points apportait un soulagement aux douleurs. Sans le savoir encore, ils venaient de donner naissance à ce que l’on appelle aujourd’hui, l’acupuncture.

Que soigne l’acupuncture ?

Des applications différentes

L’acupuncture traite quasiment toutes les pathologies. Que ce soit directement, c’est-à-dire soulager les parties du corps douloureuses pour stimuler l’auto réparation du corps, comme par exemple une épaule gelée, des douleurs dorsales et nombreuses autres indications. L’acupuncture peut également fonctionner de façon indirecte en remontant l’énergie de la rate et de l’estomac pour améliorer la digestion, soulager une migraine ou l’immunité par exemple.

Globalement, le traitement par l’acupuncture sert à harmoniser la circulation du sang et de l’énergie afin de traiter une maladie, d’améliorer l’état général, réduire le stress, la qualité du sommeil ou la fonction digestive. Par ailleurs, les aiguilles stimulent la production de neurotransmetteurs et d’endorphines, améliorent la circulation sanguine pour soulager les tensions ou spasmes musculaires.

La liste (non exhaustive) des pathologies les plus fréquentes traitée par l’acupuncture

  • Arthrite rhumatoïde
  • Céphalées et migraines
  • Cervicalgies
  • Colique biliaire
  • Colite néphrétique
  • Déclenchement du travail
  • Dépression
  • Diarrhée
  • Douleurs faciales, incluant les problèmes cranio mandibulaires
  • Douleurs post chirurgicales
  • Dysménorrhée primaire
  • Effets secondaires de radio et chimiothérapie
  • Entorses
  • Gastralgie (ulcère peptique, gastrite aïgue et chronique, crampes gastriques)
  • Hypertension primaire
  • Leucopénie
  • Lombalgies
  • Nausées matinales
  • Ostéo arthrite de l’épaule
  • Ostéo arthrite du genou et douleurs rhumatismales
  • Rhinite allergique
  • Sciatalgies
  • Stress
  • Tendinites
  • Version fœtale

Comment se passe une séance d’acupuncture ?

4 étapes composent la consultation :

  1. La séance débute par une anamnèse. Cela consiste à une discussion avec le patient pour établir un diagnostic. L’acupuncteur cherche à mieux comprendre les antécédents du patient et ainsi de bien faire “remonter les souvenirs “ pour mieux comprendre comment le traiter.
  2. Puis, le thérapeuthe passe à la poncture (pose des aiguilles sur les points spécifiques).
  3. Enfin, le patient reste trente minutes avec les aiguilles. Chez nous, le patient est installé dans une pièce de traitement individuelle, avec une lampe chauffante pendant trente minutes. Les assistantes surveillent le temps, et viennent retirer les aiguilles lorsque le moment est venu.
  4. Le petit plus Biomed MTC : une infusion maison est offerte à l’entrée et au départ selon le besoin du patient. 

Méthodes : est-ce que l’acupuncture fait mal ?

L’acupuncture n’est pas douloureuse

C’est une question qui revient souvent et qui retient les gens à essayer l’acupuncture. La réponse est que de non jours, non, l’acupuncture ne fait pas mal. En effet, les nouvelles écoles (dont nous faisons partie) ne cherchent plus les grosses stimulations comme on pouvait le faire auparavant. La méthode évolue et va quasiment vers le “sans douleur”. Ce que le patient ressent lorsque l’on applique les aiguilles est simplement une piqûre de moustique sur certains points. L’aiguille est 30 fois plus petite qu’une seringue (qui est un corps vide et qui fait mal) et est un corps plein.

Mais elle l’était avant (un peu)

Les anciennes écoles préconisaient des stimulations fortes, des aiguilles longues à la recherche de réactions du corps. C’est d’ailleurs de cette manière que nous, thérapeuthes chez Biomed MTC, avons appris en Chine il y a quelques années. Nos professeurs n’arrêtaient pas de bouger l’aiguille tant qu’on ne disait pas : « stop, c’est bon, j’ai des sensations de gonflements, décharges électriques etc… ».

L’acupuncture évolue

Depuis, les méthodes ont bien changé. Des études utilisant l’imagerie médicale (IRM, scanner, mesure de la température…) ont mis en évidence que le pic de réaction du corps est juste après l’insertion de l’aiguille sous l’épiderme (le fait de poser l’aiguille) et non dans les stimulations fortes que l’on faisait après. En effet, lorsque l’aiguille entre sous la peau, cela provoque une réaction en chaîne des tissus (imperceptible la plupart du temps). Le corps s’organise pour garder l’équilibre local (homéostasie) malgré l’intrusion d’un corps étranger. Les nouvelles écoles ne cherchent donc plus les stimulations fortes, pour le plus grand plaisir du patient.

Toutefois, certains thérapeutes n’ont pas fait cette actualisation. C’est pourquoi une partie des patients que nous recevons ont déjà connu des mauvaises expériences. Mais quand leur problème est trop important ou douloureux, ils ne peuvent pas ne pas recommencer l’acupuncture. Alors ils reprennent un rendez-vous et retentent l’expérience. Quelle est leur surprise lorsqu’ils voient qu’on ne ressent presque rien. 

Combien de séances faut-il pour obtenir des résultats ? 

Le nombre de séances d’acupuncture nécessaire dépend de la pathologie à soigner. Cependant, l’acupuncture stimule le processus d’auto-réparation du corps, il faut donc un peu de temps pour commencer à obtenir des résultats probants. On pourra dire que généralement, en deux mois, le corps a le temps de faire le travail et aussi d’enregistrer la nouvelle situation de bien-être pour prévenir les rechutes. C’est pourquoi chez Biomed MTC, nous recommandons d’avoir un suivi régulier. La bonne pratique, une fois que l’on est sorti de la période de traitement, est d’effectuer une séance par mois car cela permet de maintenir les effets dans le temps. 

À partir de quel âge l’acupuncture est recommandée ?

Encore une fois, cela dépend des acupuncteurs et des thérapeuthes. Même si l’acupuncture n’est pas douloureuse, dans notre clinique, on ne pique pas avant 4, voire 5 ans. 

Est-ce que l’acupuncture est remboursée ? 

Oui, l’acupuncture est remboursée par toutes les assurances complémentaires à condition que les thérapeuthes soient agréés Asca et RME. Chez Biomed MTC, toutes nos thérapeutes sont agrées Asca et RME et certains sont aussi agrées VISANA. Ils ont ainsi suivi et validé 3 cycles d’études de plus de 450h ainsi qu’une formation pratique.

Est-ce qu’il y a des choses que je dois faire ou ne pas faire pendant le traitement par acupuncture ?

Il n’y a pas de comportement spécifique à respecter, mais il va de soi que nous recommandons toujours d’avoir une hygiène de vie équilibrée et de faire des exercices régulièrement pour maximiser les effets de l’acupuncture. De plus, des conseils alimentaires peuvent être fournis par le thérapeute en fonction des cas et besoins. Eviter de consommer des liquides froids et de manger trop de cru durant la période du traitement reste valable pour tout le monde.

Pourquoi choisir l’acupuncture plutôt qu’une autre thérapie ? 

L’acupuncture est la seule méthode qui va sous l’épiderme et provoque ainsi des changements en profondeur. Selon les cas, le thérapeute peut conseiller des massages, de l’électro acupuncture et d’autres méthodes adaptées aux besoins du patient. Si vous suivez déjà un traitement avec un physiothérapeute ou un ostéopathe alors il s’agit d’un traitement multi-thérapies avec l’acupuncture, qui sera également très efficace. L’acupuncture n’est pas contradictoire avec les autres traitements, vus comme plus classiques. Au contraire, sa véritable force est d’être un complément qui optimise les résultats.

Est-ce que les conditions d’hygiène sont respectées ?

Dans notre clinique, toutes les aiguilles sont emballées individuellement.  Elles sont stériles, à usage unique et se trouvent dans des tubes en plastique. L’acupuncteur ne peut donc pas toucher l’aiguille jusqu’à l’insertion dans la peau. Avant la poncture (pose de l’aiguille), la peau est stérilisée avec de l’alcool et on applique un coton lorsqu’on retire les aiguilles. Pour que le cycle d’hygiène entier soit garanti, une entreprise spécialisée vient chercher les aiguilles usagées tous les mois dans un conteneur fermé pour la refonte et le recyclage pour d’autres utilisations. 

Quelles formations ont suivies les thérapeutes ?

Tous les thérapeutes de Biomed MTC sont allés plus loin que les formations ASCA et RME en Suisse. Ils ont suivi un minimum de cinq ans d’études à la faculté de médecine en Chine et au moins un an de stage en hôpital. Ils sont formés aux bases de la médecine occidentale pour comprendre les traitements que prennent actuellement les patients tout en devant savoir lire et interpréter les rapports d’analyses, les irms et les radios.

Tous nos thérapeutes sont en formation continue tout au long de l’année, et ce quelque soit l’ancienneté dans le cabinet, afin de continuer à apprendre et s’ouvrir à de nouveaux horizons pour mieux servir le patient. 

Comment Biomed MTC développe ses traitements grâce à l’acupuncture ?

Souvent, les potentiels patients ont peur de faire le pas, soit par manque de connaissance ou de méfiance sur l’efficacité de l’acupuncture. Car c’est une discipline trop fréquemment considérée comme artisanale, non professionnelle ou même inefficace. Il y a beaucoup de sceptiques envers l’acupuncture. 

Pourtant, de nombreuses études et experts scientifiques montrent le contraire. C’est pourquoi notre travail est aussi de sensibiliser et de le prouver, avec les résultats. Pour rassurer les patients et les plus novices, nos thérapeutes expliquent dans un langage simple et efficace ce qu’ils font et les points qui sont efficaces pour la pathologie traitée. Ils sont toujours disponibles pour répondre aux questions des patients.

L’avis des thérapeutes de Biomed MTC

Thomas : « La société d’aujourd’hui est comme un grand ogre qui draine notre énergie. La famille, le travail, les obligations, il faut s’amuser et profiter aussi…tout ça mis bout à bout provoque ce que la médecine chinoise appelle un « vide de rate ». C’est-à-dire que cet organe qui produit l’énergie et le sang est épuisé. Il s’ensuit l’inconfort généralisé que les patients de 35-60 ans ressentent beaucoup. Problèmes de sommeil, alimentation irrégulière, fatigue chronique, perte de sens et d’enthousiasme, selles liquides ou constipation, maux de tête… J’aime traiter ce genre de patient car si on prend les éléments séparément, sur le papier ça va : analyse de sang correct avec peut-être un peu d’anémie ou de micro-inflammation, échographie abdominale normale, IRM qui finalement ne montre pas grand-chose et n’explique pas la fatigue/douleur/charge du dos…au mieux, on s’en tire avec quelques vitamines. En médecine chinoise, si le patient dit : « ça ne va pas », c’est que ça ne va pas. Son ressenti à valeur de diagnostique même si les analyses sont bonnes. Les séances régulières d’acupuncture vont permettre au système nerveux de se remettre à flot, de se calmer et donc au corps de reprendre de l’énergie. Voir un patient reprendre vie au fur et à mesure des semaines, reprendre le contrôle et ne plus subir sa vie comme une corvée est une joie immense qui justifie largement ce choix de métier. »

Hexiu : « Pour moi le stress se loge dans les trapèzes, dans le haut du dos. Toutes les positions dans la journée nous emmènent vers l’avant : l’ordinateur, le téléphone portable, la lecture, les conversations émotionnelles où l’on se protège etc…je détends d’abord le dos avec un peu de massage, puis je pose des ventouses. Les tensions des fibres musculaires s’en vont ainsi. Enfin, je mets les aiguilles sur les trapèzes, le haut du dos, la nuque, les rhomboïdes. Je sais que je vais récupérer mon patient dans une demi-heure en pleine forme et après un bon sommeil. »

Lingling : « Lorsque je vois un patient arriver dans mon bureau, je vois quasiment immédiatement où il en est dans sa santé, le rapport au corps, le travail, le stress, la famille. Grâce à l’expérience et à l’intuition, je sais exactement quels points d’acupuncture je dois utiliser, combien de séances il faudra pour retrouver un vrai confort de vie. Souvent, le problème est plus profond qu’une simple insomnie à répétition ou une constipation chronique. Je suis là pour soigner les bobos physiques mais aussi les blessures de l’âme pour que la personne puisse de nouveau être en contrôle et avancer sur le chemin merveilleux de la vie. »

Lihua : « J’ai appris l’acupuncture en Chine quand j’étais jeune. En travaillant à l’hôpital pendant dix ans, j’ai vu un grand nombre de troubles différents. Ma technique d’acupuncture est douce mais très efficace. Je vois souvent les muscles « sauter » et se relaxer tout de suite après l’insertion de l’aiguille. Je suis pleine de gratitude de pouvoir faire ce métier et aider tellement de gens tous les jours ».

Gilles : « D’abord, il faut apprendre les gammes : shiatsu, ostéopathie, sacro-crânial, tui-na …puis je pose mes mains à la base du crâne du patient et je ressens. Je laisse son corps me dire de quoi il a besoin, quels os sont bloqués, quels tissus sont tendus. Je masse et agis en fonction du ressenti et de ce que me dit le patient. En général, en 3-4 séances le problème est réglé. Je ne travaille jamais en force pour éviter de créer des problèmes. Tout est beaucoup plus facile lorsque le corps du patient vous donne l’autorisation de le travailler. »

Feifei : « Je viens de Chine, du Henan, près du temple de Shaolin. J’y ai passé trois ans comme docteur en chef malgré mon jeune âge. Là-bas, les gens supportent beaucoup la douleur. Ainsi, nous avons dû adapter nos méthodes pour le public occidental. Mes patients sont très heureux qu’en quelques séances je règle des problèmes qu’ils trainent d’un thérapeute à l’autre depuis dix ans ! »